Saint-Just en Chevalet, Samedi 25 Septembre 2021,
Histoire de la commune
Histoire de la commune
Histoire de la commune

L'origine de la commune et de son nom ne peut être établie avec certitude, faute d'éléments et ne fait l'objet que de suppositions.

Plusieurs indices montrent que la région était habitée depuis fort longtemps. C'est ainsi que de l'âge de fer il reste des mégalithes à Tournaire, aujourd'hui sur la commune de La Tuilière, mais qui dépendait avant 1926 de St Just en Chevalet. Plus près du centre bourg, dans les lieux-dits Montgrenier, les Ronces, la Châtre et les Rivières, des traces de l'occupation romaine ont été découvertes. Deux voies romaines se croisaient à St Just :

  • L' une appelée « grand chemin » et venant de l'Auvergne et allant à St Haon.

  • L' autre mettant en communication le Bourbonnais et le Forez dite « de St Priest à St Germain Laval »

Au moyen âge St Just était simplement constitué d'un bourg comportant des maisons construites autour de la fontaine dite « la conche ». Mais d'où vient le nom de Saint Just en Chevalet qui se nommait déjà ainsi à la fin du 11° siècle ?

St Just vient du nom d'un évêque de Lyon ayant officié au cours du IV° siècle.

Pour la deuxième partie du nom, malgré de nombreuses hypothèses l'origine reste incertaine :

  • Selon Anne d'Urfé, au début du 16° siècle, il pourrait s'agir d'un lieu ou les chevaliers aiment à demeurer ;
  • D'autres prétendent qu'il peut vouloir signifier bourgade à cheval sur les pentes d'un monticule ;
  • Certains invoquent que chevalet serait la déformation de Cavalatus prononcé « chavalé » qui veut dire « pays constitué de collines et de vallées » ;
  • Ce nom pourrait également provenir du nom donné à une auberge qui se serait appelée auberge du petit cheval.

Quoiqu'il en soit, ce cheval a servi à illustrer le très beau blason de la ville et sur lequel un superbe cheval noir « gai (c'est à dire sans harnais) cabré de sable sur sinople ». Sur l'autre partie du blason est représenté un dauphin d'or symbole de la province du Forez.

Au 8° siècle, il semblerait qu'une chapelle ait pu être édifiée, mais aucune référence ne permet d'en attester ni la réalité et encore moins son emplacement. Il est seulement question que les restes de cette chapelle aient servis aux moines de St Rigaud pour ériger leur église.

Au début du 11° siècle, les moines de St Rigaud arrivent dans le village qui ne possédait autour de sa fontaine que quelques maisons et une église ou chapelle. Entre 1072 et 1076, ils construisent un prieuré dans des champs et constituent le faubourg St Thibaud (Dans un triangle situé entre la rue d'urfé, l'église actuelle et l'école du sacré coeur). En 1379, ce prieuré est pratiquement à l'abandon, mais subsiste jusqu'à la révolution.